Coup de blues, tasse de thé ou vivre dans un monde sans madeleines

Cher(e) inconnu(e),

Ce soir l’envie terrible de tremper des madeleines dans mon thé en mémoire du bon vieux temps me prend aux tripes. Malheureusement je vis dans une famille qui abhorre la madeleine…Donc aucun moyen de remédier au blues du jeudi soir. En parlant de tripes et de blues, il va falloir que j’attaque Voyage au bout de la nuit de Céline qui est au programme pour le concours. Céline-Proust…Proust-Céline, toute une histoire! D’ailleurs pour les plus curieux, un artiste a eu la brillante (ou la très mauvaise) idée de présenter une pièce au festival d’Avignon où les deux auteurs se confronteraient, se mesureraient l’un à l’autre (Bien sûr, la chose est hautement fictionnelle puisque Proust est mort avant que les deux hommes aient pu se connaître ). Je ne suis pas encore allée la voir, je ne sais pas ce qu’elle vaut mais l’idée en soi n’est pas inintéressante, ça me rappelle mes cours de lettres en prépa.

Tout cela est assez étrange et révoltant à la fois: j’ai du mal à vivre ailleurs qu’en prépa, autrement qu’au sein de ce microcosme intellectuel et éreintant. La moindre de mes pensée semble affectée par cette année en classe préparatoire, comme si la prépa n’était plus seulement des études mais une petite part de moi. Je mange prépa, je dors prépa, je vis prépa. Si si, je vous assure! Je suis allée à la soirée d’une bonne copine en fin d’année. J’y ai rencontré un jeune homme de type George Wickham manifestement très intéressé et je ne sais pas pourquoi, tout d’un coup je lui ai sorti une tartine remarquablement hors-contexte (pour lui) sur Pétrarque, THE poète…Quoi qu’il en soit, il n’a manifestement pas compris et j’ai eu droit à « tu es une fille intéressante…rare…pas comme les autres » (traduction: bizarre). Bref, si tu veux séduire oublie Pétrarque deux minutes, concentre toi sur la chanson de truc bidule et bat des cils toutes les trois secondes environ, c’est beaucoup plus efficace!

On ne s’échappe peut-être jamais vraiment de la prépa, ça reste toujours quelque part dans un coin de notre tête.

Khâgnalement

Eleuter

tumblr_ngryhqsmSk1rgatg1o1_500

Publicités

2 réflexions sur “Coup de blues, tasse de thé ou vivre dans un monde sans madeleines

  1. Ah, pas toujours facile de prendre du recul par rapport à la prépa,on a l’impression d’être à part, d’appartenir à quelque chose. Mais au final ça pourrait tout aussi bien être une secte ^^’. Perso il m’a fallut ma khube pour pouvoir prendre du recul
    , me rendre compte qu’il y avait autre chose et pour préparer la transition avec la vie « normale ». Mais j’espère pour toi que tu ne seras pas obligée d’aller jusque là 😉

    J'aime

    1. Tu as khûbé? Tu as eu du courage! Tu as fait quoi?
      J’espère aussi, je ne sais pas trop comment la transition se fera mais je suppose qu’il faudra avancer au bout d’un moment. C.S. Lewis disait « There are far better things ahead than any we leave behind », j’essaye d’y penser de temps en temps et de ne pas m’enfermer, après tout il y a tellement d’autres choses à voir… 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s